A l’instar de la rue Lafférière, « courbe comme les formes qui excitent l’amour » (Jules Renard), toutes les rues et les décors de la ville ont un corps que viennent façonner le désir et la volupté. » (page 11) 

Extrait